Huliya

Tarédant, À bout d'exil

About the book 

Tarédant est une pauvre ville située sur une presqu’île du Sud marocain, balayée de vents virulents et menacée de toutes sortes de catastrophes naturelles et surnaturelles. Ses habitants se prennent pour les êtres les plus géniaux au monde. Leurs mœurs, pour le moins étranges, seraient les plus évoluées ; leurs croyances, plutôt insolites, les plus véridiques ; leurs comportements, plus farfelus que normaux, les plus nobles. Ils n’ont pas d’écrits parce que l’écriture les rebute ; ils n’ont pas d’écoles parce que rien n’encroûte autant l’esprit que la scolastique. Les musulmans les considèrent comme des déments et les juifs comme des hérétiques. Les uns les évitent pour ne pas être contaminés par eux ; les autres les accablent d’anathèmes. Malgré cela, ils n’épargnent rien pour remplir leur mission et propager le menkorisme, variété de la kabbale, préconisant le culte du vent, la protection des aliénés et la phobie du crabe.

From the book 

Les célèbres courtiers de la ville, toutes origines confondues, avaient brodé une savante kabbale météo-zoharique, connue dans la littérature mystique comme le menkorisme, qui ne manquera pas de retenir l’attention des amateurs de delirium tremens. Ils prétendaient que les âmes, composées d’une matière pneumatique, comme l’avaient magistralement prouvé les alchimistes de Terre sainte, étaient extrêmement sensibles aux tempéraments des vents et à leurs remous. Les humeurs des êtres humains, leurs dispositions, leurs rêves, leurs convictions, de même que leur santé et leur destin, étaient les produits de réactions météorologiques. Nos courtiers avaient leur théorie de l’âme, ni plus ni moins pertinente qu’une autre. Leurs prévisions météorologiques annonçaient les rébellions, les épidémies, les tremblements de terre, les raz-de-marée et les invasions de sauterelles. Les naissances aussi, les décès et jusqu’aux disputes qui secouaient couramment la ville. Ils tenaient régulièrement des assemblées extraordinaires pour prendre leurs augures sur des entrailles de grenouilles, des langues de lézards ou des arêtes de sardines et proposer leurs pronostics sur l’avenir du monde. Il n’était pas rare qu’ils ouvrent leurs séances au grand public des consuls honoraires, des conseillers matrimoniaux, des attachés en relations rhétoriques, des chômeurs chroniques, des rentiers éternels et des malades imaginaires auxquels ils présentaient solennellement leurs prévisions saisonnières. Crois-moi ou non, bâtard de ma semence, ils ne se gouraient pas plus que vos misérables satellites qui n’ont réussi à ce jour qu’à ridiculiser et ruiner la très précieuse météorologie que l’on considérait comme philosophie première et science générale à Tarédant !

De toutes les villes du Maroc, Tarédant était la plus burlesque et la plus géniale, même si de l’avis de Fils-du-Serpent III, biographe nègre de ses ex-consuls et nécrologue attitré de ses ex-courtiers, elle n’a pas donné grand monde ni grand-chose. Un gratte-papier par-ci, un guérisseur par-là. Un riche lot de vieux garçons et de vieilles filles, attardés romantiques cultivant leurs rêves jusqu’à leur dernier jour et mourant à la fois de regret de ne pas les avoir réalisés et d’orgueil de ne pas les avoir trahis. Je revois ces cohortes de placides et éternels soupirants remontant l’avenue des Amours perdus (une idée de la Commission des noms, prénoms et surnoms présidée par Pain-de-Sucre, à l’époque lecteur invétéré de Baudelaire, pour rehausser le charme romantique de la ville), vêtus de leurs plus beaux costumes, les cheveux brillantinés, rasant les murs d’un pas mesuré, les bras croisés au dos, plus voûtés que partout ailleurs au monde pour mieux endurer les harcèlements du vent et, dans leurs yeux délavés par l’exil, les signes navrants d’un troublant désœuvrement. Ils attendaient un royaume, un sauveur, un parti... une première et dernière passion. En définitive, ils mouraient sans laisser de descendance, ensevelis dans la chronique que je me dispose à te dicter, pour le grand plaisir de l’humanité et pour rivaliser avec l’odieux Fils-du-Serpent III qui ne recule devant rien pour écouler sa camelote littéraire.

 

 

Ami Bouganim est né en 1951 à Essaouira (Mogador) au Maroc. Écrivain et philosophe, il écrit parallèlement en hébreu et en français. Il a publié une trentaine de recueils de nouvelles, de romans et d’essais dans les deux langues, dont Asher le Devin (Albin Michel, 2010), Vers la disparition d’Israël ? (Le Seuil, 2012) et Es-Saouira de Mogador (Avant-Propos, 2013).

Publishing information

Publishing house: 
Avant-Propos
Genre: 
Roman
Number of pages: 
206
Year of publication: 
2014
ISBN: 
978-2-39000-012-9
Powered by: ontxt.co.il | Built by: klido.net | Design: Studio Bahir