Huliya

Marrakech-Jérusalem

About the book 

Le présent ouvrage propose un choix des articles de Shlomo Elbaz, de même que des textes inédits. Ils illustrent son parcours original et passionnant, de Marrakech à Jérusalem.

  

Témoignage d’un homme, qui savait l’importance des racines pour construire l’avenir et aspirait à un monde nouveau sans jamais vouloir renier l’ancien.

From the book 

Oui, au commencement était la magie du Nom. Alchimie sonore, reflétant l'alchimie physique du Lieu. M'RAKCH ! Quatre consonnes dures, charnues, supportées par l'unique voyelle largement ouverte: M'RAKCH. Un nom et un lieu s'épousant, se confondant.

  

Tout le côté sauvage, rétif, de cette cité unique et multiple est déjà là dans le nom qui lui fut donné en 1062 (ou 1070, les avis diffèrent) par son fondateur, l'indomptable chef almoravide, Youssef fils de Tachfin.

 

Nom fascinant dans sa cacophonie qui sourd dans l'amertume de son M'R initial (= amer) et se prolonge dans l'éclaboussement liquide de son CH final.

  

De consonance berbère, il cèle le mystère de son sens. On a cru y lire l'intention de son ambitieux fondateur qui baptisa ainsi la future capitale de l'empire dont il rêvait. M'RAKCH signifierait en berbère: « Va de l'avant ! » En avant, marche ! Vive le hasard inter-linguistique : M'rakch ! Marche ! qui appuie la séduisante hypothèse sémantique.

  

Cependant les bouches européennes ne pouvaient tolérer ce monosyllabe lourd et âpre à prononcer. Elles le domptèrent, le martelèrent, le disloquèrent en y mettant de l'ordre, en le mettant au pas. Trois syllabes, pas moins : Marrakech en français, Marruecos en espagnol. Le viol ne s'arrête pas là. On le mutile assez tôt de son appendice chuintant, pour l'alléger, le museler, le dominer et c'est : Morocco, Marakko, Maroc…

  

Ce jeu désinvolte avec un nom, avec une quintessence, a permis entre autres la bifurcation, le dédoublement. Une forme pour la ville proprement dite. Une forme pour le territoire dont elle devint la capitale. Longue hésitation durant des siècles : quelle forme pour l'une ? Quelle forme pour l'autre ? La forme abrégée, « Maroc », après avoir désigné longtemps la ville exclusivement, s'appliqua plus tard au territoire tout entier, devenant ainsi le doublet européen du nom arabe Maghreb. Marrakech, plus proche de l'original, en vint à être réservé à la ville elle-même.

  

Or Dante fut le premier, et longtemps le seul, à se servir du nom de la ville, Morocco en italien, pour nommer le nord-ouest du continent africain, entre Méditerranée et Atlantique, que les Arabes désignaient et désignent encore sous le nom de Maghreb el-Aqsa (Extrême-Occident).

  

Shlomo Elbaz (1921-2003) est l’une de ces personnalités dont l’aventure humaine est, en son trajet particulier, un exemple brillant des richesses de la communauté juive marocaine. Marrakchi dans l’âme, amoureux de Jérusalem, habité par la poésie – celle de la Bible, d’abord, celle des Israéliens et des francophones aussi –, éducateur de vocation, il a traversé le siècle le regard tendu vers l’avenir. En particulier l’avenir de son pays tout neuf – lors de son alya en 1955 – à la construction duquel il a contribué, d’abord par la vie au kibbouts Dorot, puis par son travail à l’Agence juive et par son enseignement au département de littérature comparée à l’université hébraïque de Jérusalem. Son enracinement marocain, son sionisme indéfectible et sa volonté inlassable de dialogue ont inspiré son action la plus connue : la fondation, en 1983, du mouvement L’Orient pour la Paix. Son intuition majeure concernait le potentiel formidable représenté par les Juifs sépharades, pour enraciner Israël dans l’espace méditerranéen et pour promouvoir le dialogue avec les voisins arabes. La lutte pour la paix était donc, pour lui, liée indissociablement à la justice sociale et à la revendication pour une culture plurielle.

Publishing information

Publishing house: 
Avant-Propos
Genre: 
Témoignage
Number of pages: 
320
Year of publication: 
2013
ISBN: 
978-2-930627-42-7
Powered by: ontxt.co.il | Built by: klido.net | Design: Studio Bahir