Huliya

Le Livre des perles

About the book 

Ce livre est un recueil de proverbes, d’aphorismes, de conseils… et d’adages. Dépouillés de toute prétention. De ces propos qui traitent de la vie sans grande couverture théologique et emportent l’adhésion de chacun, de quelque religion ou culture qu’il soit. Ils ne consolent pas, ils ne soulagent pas, ils n’exhortent pas. Ils ramènent toute chose à l’échelle d’une existence que guette la mort et qui ne s’en rachète, d’une certaine manière, qu’en pratiquant le bien. Ils donnent des instructions pour traverser la vie avec noblesse et résignation. On ne lit pas ces perles sans hocher ou secouer la tête. Ce recueil nous ramène à une sagesse pertinente présentant l’insigne mérite d’être valable pour tous.

From the book 

SUR LA SAGESSE

1. Le sage dit : « C’est par la sagesse que l’on rend grâce au Créateur, qu’on le sert de son vivant et laisse un bon souvenir après sa mort. »
2. Rien n’aiguise autant l’intelligence que la morale et la sagesse et ne décèle autant la culture qu’une bonne conduite.
3. S’interroger sur la sagesse, c’est se montrer à moitié sage ; sur la concorde entre les hommes, à moitié intelligent ; sur la parcimonie, à moitié content de son sort.
4. Lequel de ces deux candidats donne le meilleur dirigeant : un sage exercé au gouvernement des hommes ou un roi pratiquant la sagesse ?
5. Celui qui se prétend sage et intègre ne devrait pas craindre les hommes, car le Juste ne craint que Dieu.
6. La sagesse attire ceux qui la recherchent. Perd-on son esprit, on ne le retrouve plus.
7. Celui qui pratique la sagesse et la morale recueille les lauriers et les couronnes, conçus de louanges et de compliments, que brodent ses meilleurs amis et dont ils l’entourent.
8. Celui qui pratique la sagesse et la morale se garde des péchés et des délits et en vient à négliger ce monde éphémère en faveur du monde éternel.
9. La sagesse ne se rencontre pas sur les lieux de libations et de rires d’où elle est exclue.
10. Celui qui a reçu sa sagesse de Dieu ne connaît ni l’affliction ni l’angoisse. Car les revenus de la sagesse sont la tranquillité et la paix tandis que ceux de l’or et de l’argent sont le souci et le malheur.
11. Je ne recherche pas la sagesse dans l’intention de la maîtriser et d’en cerner toute la vocation. Je la recherche dans les seuls domaines où il ne m’est pas permis d’être inculte et où l’homme cultivé est généralement versé.
12. Le sage recommande à son fils : « Ne sois pas tant sage en paroles que par les actes, car ceux-ci te serviront dans le monde à venir tandis que celles-là resteront en ce monde. »

Salomon ibn Gabirol (Malaga, 1021 – Valence, 1058) passe pour l’un des plus grands poètes de l’Andalousie médiévale. Il a composé des poèmes séculiers parmi les plus beaux de la littérature hébraïque, de même que des poèmes religieux qui ont trouvé leur place dans les services des solennités du calendrier hébraïque. Il est l’auteur du Livre de la correction des moeurs et de commentaires bibliques. Au milieu du xixe siècle, la recherche établissait qu’il est, derrière le nom d’Avicebron, l’auteur du Fons Vitae – La Source de Vie –, traduit de l’arabe en latin au xiiie siècle et pièce maîtresse dans la théologie chrétienne de cette période. Gabirol passe communément pour le « non-auteur » du Livre des perles, écrit originellement en arabe et traduit en hébreu par le grand traducteur Shmuel ben Tibbon (Lunel, 1150 – Marseille, 1230). La poésie de Gabirol, tant séculière que religieuse, continue à ce jour de résonner sur les ondes et dans les synagogues. Mille ans plus tard, son personnage intriguait tant le poète israélien Yéhudah Amichaï qu’il disait de lui : « Du pus par-ci, un poème par-là. »

Publishing information

Publishing house: 
Avant-Propos
Genre: 
Sagesse
Year of publication: 
2014
ISBN: 
978-2-930627-98-4
Powered by: ontxt.co.il | Built by: klido.net | Design: Studio Bahir